Taxe d'apprentissage et insertion socio-professionnelle

ime_insertion.png

IME Cerep-Phymentin : insertion sociale, professionnelle et taxe d'apprentissage

Notre fil d'Ariane pour effectuer un versement.

Le travail mené à l'IME aboutit, pour la majorité des adolescents à une insertion socio-professionnelle, en milieu ordinaire ou protégé.

L'IME « n'est pas un organisme de formation délivrant des attestations de compétences professionnelles » comme tient à le souligner la chef de service de l'IME Cerep-Phymentin. Il est un lieu où les jeunes développent différentes compétences favorisant un accès possible au monde du travail.

                                                                 

Projet de longue haleine, l'insertion d'un jeune à l'IME est le fil rouge de la prise en charge, laquelle selon l'assistante sociale mobilise « tous les professionnels de l'institution ». Toutes les compétences requises visant cette insertion sont travaillées, dans le cadre d'un projet individuel et sont soutenues par une équipe pluridisciplinaire. Les éducateurs techniques, en l'occurrence, occupent quant à eux, une place importante car ils sont selon l'assistante sociale « Les premiers à évaluer des compétences préprofessionnelles, à repérer des aptitudes, à les encourager ». Les parents sont associés et partie prenante tout au long de cette démarche d'accompagnement.

                                                                          

Stages et débouchés professionnels

Quand un jeune se sent prêt, sa demande est entendue. Un premier stage peut lui être proposé ce qui lui offre la possibilité de mesurer les attendus de la vie professionnelle et de témoigner de ses aptitudes. Chaque situation de stage permet d'avoir des pistes de réflexion et des axes d'amélioration.

Parallèlement, au sein de l'institution, un groupe CV, préparation aux entretiens encadré par deux éducateurs de l'IME, se déroule une fois par semaine dans le but d'aider les jeunes à élaborer leur CV, rédiger leur lettre de motivation et apprendre à s'exprimer de manière adaptée lors d'un entretien « On a vu des évolutions importantes entre les premières demandes de stage et les dernières. » commente la chef de service.

On offre la possibilité pour les jeunes qui le souhaitent, de réaliser leur premier stage au sein de la cantine de l'IME, sous la responsabilité des agents d'entretien de la cuisine et des locaux. Quoi qu'il en soit, ce premier stage, en milieu ordinaire ou en milieu protégé (Etablissements et Service d'Aide par le Travail) donnera une indication sur l'orientation.

                                                                       

Pour ce qui est du milieu ordinaire, les groupes Elior, Compass, Sodexo ainsi que le restaurant de la Banque de France accueillent facilement en stage les adolescents de l'IME.

Des dispositifs ont été expérimentés notamment le dispositif "Passerelle" qui a réuni l'Education nationale, le monde de l'entreprise, avec Accor en 2013 et Elior en 2014 et des IME partenaires autour de formations en alternance d'une durée de 6 mois.

Les ESAT par ailleurs restent des partenaires incontournables puisque les adolescents reconnaissent après des expériences en milieu ordinaire avoir besoin d'être accompagnés en milieu protégé. De même, des adolescents évoquent spontanément leur projet professionnel en milieu protégé. Au-delà, le milieu protégé reste une orientation majoritaire.

Des propositions sur mesure

Les lieux de stage proposés aux adolescents diffèrent en fonction des capacités de chacun et sont toujours source d'interrogations pour l'équipe " Est-il en capacité de pouvoir assurer un minimum de travail en autonomie, avec des prises d'initiative? ". Les professionnels tiennent compte du rythme de chacun car il y a " des jeunes pour lesquels il y a encore besoin d'accompagnement, d'encadrement ou d'un temps supplémentaire pour continuer de développer leurs compétences ".

Des difficultés à surmonter

L'insertion socio-professionnelle se complexifie au regard du nombre de problématiques qui se croisent (sociales, économiques, budgétaires, politiques). Les ESAT tout comme les entreprises n'échappent pas à ces nouvelles contraintes qui s'imposent à eux et qui font, qu'au-delà d'une volonté manifeste d'aide, les jeunes en situation de handicap restent confrontés à des difficultés d'employabilité sur le marché du travail.

La loi du 11 février 2005, pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, est loin d'avoir tout réglé aujourd'hui. Les représentations du handicap sont loin d'être levées. Comment serait-il possible de continuer à promouvoir la valeur travail sans accès garanti au monde de l'entreprise?

Un article produit par l'équipe de l'IME

 

  • Un acte solidaire

« Dans un contexte de contraintes budgétaires et de raréfactions des ressources, nous avons été amenés cette année à nous pencher sérieusement sur de nouvelles recherches de financement et à expérimenter ainsi de nouveaux modèles économiques plus hybrides pour donner les moyens d’améliorer toujours plus la formation des jeunes accueillis au regard de leurs nouveaux besoins.

Nous réalisons de fait aujourd’hui que c’est une véritable opportunité pour l’IME Cerep-Phymentin d’être habilité à percevoir la taxe d’apprentissage, ce qui signifie pour le dire autrement que toute entreprise peut demander à ce que sa taxe d’apprentissage nous soit directement versée. Dans ce souci permanent de la qualité de la prise en charge, nous avons donc cette année pris le temps de relancer notre campagne en veillant à rendre notre établissement plus visible dans ses actions menées. Sans faire pour autant des entreprises un pilier de financement se substituant à la sphère publique, l’Etat restant bien évidemment totalement engagé, la collecte de la taxe d’apprentissage en en appelant à la conscience collective nous amène à créer de nouveaux liens entre le milieu de l’entreprise et le monde du handicap et ce nouvel élan de solidarité qui se crée est extrêmement précieux et rassurant aussi dans l’évolution des représentations sur le handicap.

En participant à un effort collectif, les entreprises qui nous versent leur taxe d’apprentissage participent en effet de fait largement à la réussite de nos jeunes et nous aident de par leur contribution d’acteurs engagés à maintenir notre enthousiasme d’aller de l’avant. C’est un terrible coup de pouce ! Par conséquent et au nom de l’IME Cerep-Phymentin, je viens dire ici un grand merci à tous ceux qui nous ont manifesté leur soutien en nous versant tout ou partie de leur taxe d’apprentissage. Grâce à ces nombreuses marques d’intérêt, nous continuons à croire que le handicap est l’affaire de tous et que c’est bien ensemble que nous pouvons co-construire le monde de demain !

Merci également au service Communication de notre siège car nous avons bien en tête que si les entreprises ont perçu notre message c’est bien parce qu’il existe aussi une stratégie de communication indispensable. Nous avons réussi à convaincre sur les valeurs que nous défendons et cela mérite vraiment d’être souligné.»

Patricia Gellé, Directrice de l’IME Cerep-Phymentin

Découvrez la plaquette de la taxe d'apprentissage.

Soutenez les activités préprofessionnelles des adolescents en nous reversant votre taxe d'apprentissage.

  • Un des projets en lien avec la taxe d'apprentissage : focus sur les apprentis en herbe

 

« Silence, ça pousse ! »